Juin 2021

Les délices de l’Alentejo

Territoire immense et complexe, la région de l’Alentejo occupe près d’un tiers du Portugal. Riche d’une histoire millénaire qui a vu passer les Romains, les Wisigoths ou encore les Arabes, elle entretient depuis toujours des rapports avec sa voisine andalouse. Ces influences ont façonné les habitudes et les coutumes qui régissent la vie des fiers habitants de cette région. Le terroir est présent partout, et c’est bien au travers de la gastronomie que l’on comprend mieux ce qui fait l’essence de l’Alentejo. Découvrez les spécialités culinaires qui raviront vos papilles pendant vos vacances à Comporta !

L’Alto Alentejo, territoire du porc noir

En s’éloignant des plages vers l’intérieur des terres, on prend de la hauteur dans un paysage de moyenne montagne, planté de forêts de chênes et de chênes-lièges. C’est le fief du porc noir ibérique, mondialement connu pour ses jambons comme le Pata Negra. 

Une alimentation à base de gland et les vastes superficies d’élevage font de la viande de porc noir un produit d’exception, récompensé par une DOP (Dénomination d’Origine Protégée) « porco de raça alentajana ».Elle entre dans la composition des meilleurs plats de la région, en pluma (filet mignon) ou en lombinhos, de tendres et croustillants morceaux de porc frits. 

Les saucisses ne sont pas en reste, et les anciennes maisons disposent toutes d’une large cheminée pour les fumer au feu de bois. Les gourmets testeront le célèbre porco à l’alentajana, un mélange de porc mariné et mijoté dans un mélange de vin blanc, ail, laurier et paprika, auquel on ajoute une poignée de palourdes et du jus de citron avant de servir. 

À Evora, les influences andalouses

La capitale de l’Alentejo concentre à elle seule toutes les saveurs de la région, mais on y ressent aussi plus qu’ailleurs les échanges de tradition avec l’Andalousie. Outre le gaspacho, présent sur toutes les tables en été, le pain s’avère incontournable. Il est en effet utilisé dans de nombreuses préparations comme la sopa, un bouillon mêlant subtilement huile d’olive, pain blanc rassis, œuf poché, ail et coriandre. La miga, plat du pauvre à l’origine, consiste en une tranche de pain rassis humidifié puis frit et accommodé de produits locaux comme le chou, les pousses de navets ou les asperges sauvages. Cette recette est aujourd’hui revisitée dans tous les restaurants tendance pour le plus grand bonheur des visiteurs de l’Alentejo. 

Ne manquez pas de goûter à la sopa d’Elva, agrémentée de pomme de terre, œuf et fromage frais de brebis, ou à la tomatada, version chaude du gaspacho. Les tapas sont aussi mises à l’honneur avec les pastéis de bacalhau, une version plus travaillée des accras de morue ou les empadas de galhinhas, de délicieux chaussons farcis au poulet. Les pâtisseries clôtureront votre festin, confectionnées sous toutes les formes avec des pignons, de l’amande, du miel ou de la châtaigne.

Monsaraz et Moura, entre vignobles et oliveraies

Sur les bords du barrage d’Alqueva, plus grand lac artificiel d’Europe, la terre est fertile et propice à la culture du vin et de l’olive. Autour de Monsaraz, on ne trouve pas moins de 8 appellations reconnues DOP. Vous pourrez visiter les vignobles et participer à des dégustations pour déguster un vin blanc minéral et un rouge plutôt corsé et intense. Les domaines Borba, Redondo et Reguengos de Monsaraz forment autant de valeurs sûres à ramener à la maison. 

Au sud du lac, Moura est aussi la patrie des producteurs d’olives avec plus de 150 000 hectares cultivés. Elles se dégustent en amuse-bouche sur toutes les tables alentejanes, ou sont transformées en huile d’olive « vierge » et « vierge extra ». Ancestral, le savoir-faire régional leur donne une saveur unique récompensée là encore par une DOP. Pour un souvenir ou faire plaisir à vos amis amateurs de bonne chère, choisissez celles de Moura bien sûr, mais encore de Campo Maior ou d’Elvas.

  • Alcacer do Sal et Comporta

Entre ces deux villes, on s’immisce dans un paysage étonnant qui nous transporterait presque en Asie. Les rizières s’étendent à perte de vue et constituent la plus grande zone de production de riz du pays. Celui-ci est naturellement utilisé dans la cuisine de tous les jours, autour d’Alcacer do Sal mais aussi dans tout le Portugal. Ici, on consomme sept fois plus de riz qu’en France, et on l’accommode à toutes les sauces. 

Risotti de fruits de mer, d’anguille, de poulpe, riz au chou, aux fèves, aux petits pois, à la tomate : il sera difficile de tout tester. Pour profiter pleinement de cette région, rien de mieux que de poser vos valises dans une de nos maisons à Comporta. Avec vue sur la mer ou les rizières, elles seront la base idéale pour vous relaxer et rayonner alentour en bénéficiant d’un cadre tranquille et d’un confort absolu.

La côte atlantique : place aux produits de la mer

De Comporta à Vila Nova de Milfontes, l’océan vient déposer ses lames sur une côte sauvage, parfois bordée de longues plages de sable blanc ou découpée de criques et de rochers tourmentés. C’est le terrain de jeu des pêcheurs qui tirent de la mer nourricière les meilleurs poissons et fruits de mer du pays. Sur les marchés, les chefs cuisiniers viennent faire leurs emplettes à la criée du matin, puis retournent en cuisine pour sublimer ces produits d’exception dans des préparations toujours plus inventives. Le meilleur moyen de les découvrir est de s’attabler à la terrasse d’un des restaurants de plage de Comporta

Risotto de crevettes, tartares, seiches à l’ail, sardines et calamars grillés, soupe de morue, il faudra plus d’un séjour pour parvenir au bout de ces cartes alléchantes ! Là, face au coucher de soleil, un verre à la main et respirant les effluves iodés, vous aurez tout simplement trouvé le bonheur.

X

Restez informés sur Comporta et notre projet